Vous êtes ici :   Accueil » Un archer dans l'Iliade d'Homère
    Imprimer la page...

Un archer dans l'Iliade d'Homère

NAMABG-Aphaia Greek Archer

  La déesse Athéna persuade le guerrier troyen Pandaros de tuer Ménélas du camp des grecques.

« Soudain il [Pandaros] saisit son arc superbe, fait avec les cornes d’une chèvre sauvage, que lui-même avait transpercée lorsqu’elle s’élançait du haut d’un rocher : le guerrier, l’observant d’un lieu couvert, lui perça le flanc ; elle tomba renversée sur la pierre. Ses cornes, hautes de seize palmes, s’élevaient au-dessus de sa tête ; un ouvrier habile les polit avec soin, les réunit, et dora les extrémités. Pandaros, pour mieux tendre cet arc, l’appuie en l’inclinant contre terre. Ses braves compagnons le couvrent de leurs boucliers, de peur que les Grecs ne se précipitent avant qu’il ait frappé le belliqueux Ménélas, fils d’Atrée. Alors Pandaros ôte le couvercle de son carquois, en tire une flèche rapide lancée pour la première fois, source de noires douleurs ; il adapte le dard cruel à la corde, et jure au puissant Apollon, dieu de Lycie, d’immoler une hécatombe de jeunes agneaux quand il retournera dans les remparts de la divine Zélée. Il tire à la fois la corde et le cran de la flèche, il fait toucher le nerf à sa poitrine, et la pointe du fer au sommet de l’arc. À peine a-t-il tendu cet arc immense recourbé, l’arme résonne, la corde crie, la flèche acérée s’élance, et vole impatiente de pénétrer dans la foule. » (traduction Jean-Baptiste Dugas-Montbel source)


Date de création : 19/02/2018 19:26
Catégorie : - Divers
Page lue 63930 fois